5ème étape : la Thaïlande

08.11.2017 : Encore dans l’aéroport de Kuala Lumpur, je décide donc de réserver un stage dans un camp de Muay Thaï.
Après avoir fait plusieurs demandes, c’est la réponse de Yoann, créateur et gérant du 301 Muay Thaï qui retient particulièrement mon attention. Après quelques échanges, c’est décidé, je m’y rends dès le lendemain !

Ce post va donc être un peu particulier car essentiellement centré sur mon expérience au camp.

301 MUAY THAÏ

Processed with VSCO with c1 preset

La Muay Thaï, qu’est ce que c’est ?
Brièvement, la Muay Thaï ou Boxe Thaï est art martial ancestral où l’on peut utiliser pieds-poing-genoux-coudes (rien que ça !).

Il s’agit du sport national Thaïlandais, tout le monde le pratique, et ce depuis le plus jeune âge.
Ci-dessous, l’un de nos coach avec ses enfants 🙂

IMG_6388

 

Un camp de boxe au 301, ca ressemble à quoi ?

Processed with VSCO with c1 preset

Cette photo devrait suffire à vous donner envie mais je vais tout de même faire l’effort d’écrire un peu !

Ici les bungalows, situés le long de la piscine ou du ring, sont confortables et en nombre limités.
En plus de deux repas par jour, on a accès à une cuisine, et enfin, si l’on souhaite continuer l’entraînement,  différentes machines de musculation sont mises à disposition.

Pendant le temps libre, il y a beaucoup de possibilités pour s’occuper, mais j’y reviendrai un peu plus tard.

Et les entraînements ?

En quelques mots : ils sont intenses, les coachs – tous Thaï – sont experts dans leur domaine, et les cours sont mixtes.

Je ne vous cache pas qu’au départ j’étais un peu déroutée car les sessions sont rudes et les coachs nous poussent dans nos retranchements.
Mais c’est ce qu’on attend et ce qu’on trouve ici !
Rien de mieux que de sortir de l’entraînement épuisé et satisfait de ce qu’on a donné !
(Ci-dessous, vidéo des échauffements).

Processed with VSCO with c1 preset

Ici, pas de stress ni d’obligation, chacun y va à son rythme !
L’objectif n’est pas de devenir pro mais de découvrir, d’apprendre et d’attraper définitivement le virus de la boxe !

Donc l’ambiance…
Tout simplement géniale !
Ici on ne s’ennuie jamais et on rencontre plein de gens super ! Il y a toujours quelqu’un avec qui faire une visite, se promener sur la plage ou tout simplement regarder un film en attendant le prochain entraînement.

IMG_5818

 

Et en plus de la boxe, il y a tellement de choses à faire !

Situé près d’Hua Hin,  le camp est à proximité du parc National de Khao Sam Roi Yot. L’idéal est de louer un scooter (ou de rester passager, comme moi 🙂 ) pour visiter les environs.
De cette manière vous pourrez faire toutes ces petites choses :

Profiter de la (très belle) plage…

IMG_6311.jpg

Oser une ascension dans le parc régional pour profiter de points de vue magnifiques !

Processed with VSCO with c1 preset

Prendre le temps de découvrir les différents marchés dans lesquels vous trouverez toutes sortes de spécialités culinaires !

Processed with VSCO with g3 preset

Et enfin, si vous venez ici, vous êtes obligés (oui, obligés) d’assister à un match !

La vidéo que je vais poster est un peu violente, les combats sont parfois plus soft, parfois plus hard.
Vous n’échapperez pas à quelques KO et croyez-moi, ca impressionne lorsqu’on se trouve à quelques mètres des combattants !

Mais l’expérience est incroyable et l’ambiance sur place encore plus !

22.11.2017 : Bye bye le camp et surtout un grand merci, je suis vraiment contente d’avoir tenté cette aventure !
Alors certes, je suis plus faite pour la boxe Française que pour la Thaï 😀 , mais entre les cours, l’ambiance, la région etc. Je garderai un souvenir mémorable de ce séjour !

A présent je dois me décider pour ma dernière destination en Asie avant un rapide retour en France pour les fêtes, et la poursuite de ce voyage en Amérique du Sud.
C’est décidé je pars pour la Birmanie, euphorique à l’idée de découvrir ce magnifique pays  !

 

 

 

 

4ème étape : la Malaisie

29.10.2017 : Arrivée à Kuala Lumpur, mon côté citadin est content de retrouver une grande ville “moderne”, avec tout ce qui peut gêner beaucoup de gens mais qui pour moi est familier.
L’idée est d’y rester seulement 2-3 jours (le maximum), mais la pluie incessante décide de me mener la vie dure.
Qu’à cela ne tienne, je pars direction l’île de Penang et sa capitale Georgetown qui m’a été à plusieurs reprises conseillée.

 

GEORGETOWN

Processed with VSCO with c1 preset

Et cette ville est effectivement géniale !
Ancien comptoir des Indes Britanniques, on y trouve partout de magnifiques maisons de cette époque, avec de jolies couleurs à présent délavées, donnant un charme fou à la ville !

IMG_5605.jpg

23098495_1512380645509610_4412277395613024256_n

Comme dans beaucoup de grandes villes asiatiques, Georgetown possède son quartier chinois et son quartier indien, souvent les plus vivants.
Si vous passez par là, je conseille de vous y rendre le soir, lorsque tout s’agite, pour prendre un verre, diner ou simplement se balader.

Processed with VSCO with c1 preset

C’est en marchant qu’on découvre Georgetown, en partant à la recherche des œuvres Street Art dispersées partout dans la ville.

Oui, parce qu’ici, plutôt que d’être chassés les artistes sont mis en avant, et plutôt que d’être effacées leurs œuvres restent et constituent le patrimoine culturel contemporain de la ville.

Alors il y a les “stars”, qui sont fléchées et indiquées sur tous les plans :

IMG_5707

Processed with VSCO with c1 preset

Et les moins connues, pour lesquelles il faut s’hasarder dans de petites ruelles a priori sans intérêt pour y trouver de véritables trésors cachés !

Processed with VSCO with g3 preset

Processed with VSCO with c1 preset

IMG_5706

Quand un typhon pointe son nez…

Jusque-là tout se passe bien, vous l’avez compris… Jusqu’au samedi après-midi où une forte tempête éclate.
Comme tout bon touriste je me réfugie dans un Starbucks mais les heures passent et je ne vois aucun signe d’accalmie… Je prends mon courage à une main, le parapluie dans l’autre, et rentre à l’hôtel sous une pluie diluvienne avec de l’eau parfois jusqu’aux genoux !

IMG_4700

3h du matin, la pluie et le vent sont tellement violents que leur bruit m’empêche de trouver le sommeil.
Le lendemain matin, impossible de sortir prendre mon petit-déjeuner, les rues sont inondées, des arbres et des lampadaires tombés dans la nuit se retrouvent en plein milieu des rues… me voilà assignée à résidence.

J’apprendrai peu après que les habitants n’avaient pas eu de tempête aussi violente depuis 40 ans et qu’il s’agissait en fait du typhon Damrey, qui arrivera quelques jours plus tard au Vietnam, faisant cette fois-ci des dommages bien plus importants.

Ci-dessous une vidéo des rues lorsque l’eau commençait à se dégager :

Processed with VSCO with g3 preset

L’eau se dégagera finalement assez rapidement, mais le message a été clair : novembre n’est pas du tout la bonne période pour visiter la Malaisie 😀

Je me décide à partir en Thaïlande rapidement. Mais avant ca, je veux profiter de Georgetown quelques jours encore et je souhaite également visiter la ville de Melaka, dont on m’a beaucoup parlé :

MELAKA

Cette ancienne ville coloniale ressemble beaucoup à Georgetown.
La différence : Melaka est bien plus connue des touristes et donc moins préservée.
N’étant pas très étendue, une seule journée (aller-retour en bus depuis Kuala Lumpur) suffit pour découvrir la ville.

Processed with VSCO with c1 preset

IMG_5598-3

Il faut se frayer un chemin entre les perches à selfie et les tuktuk décorés en Pikachu ou Hello Kitty pour trouver les lieux intéressants, mais on y arrive !
Et là, on découvre de nombreuses ruelles pleines de charme, et avec encore une fois un peu de street art pour encanailler la ville !

Processed with VSCO with c1 preset

IMG_5600

Ma visite de Melaka se termine, je reprends le bus pour profiter d’une dernière journée à Kuala Lumpur.

Point route !

Je profite de ce post pour faire une aparté sur les transports : à tous ceux qui souhaitent faire du voyage long terme, préparez-vous à passer de nombreuses, très nombreuses, heures dans les transports (bus/train/avion/taxi etc etc) !
On ne va pas se mentir, c’est fatiguant, malgré tout je pense que c’est aussi un des meilleurs moyen de découvrir le pays dans lequel on se trouve.

En l’occurrence, les routes de Malaisie sont probablement mes préférées, car en plus d’être sûres et en bon état, les paysages sont superbes :

IMG_4536

IMG_4867

 

KUALA LUMPUR

Dernier jour en Malaisie pour visiter la capitale.
Alors que dire… pas grand chose, la ville ne présente pas énormément d’intérêt à mon sens mais si vous vous baladez, allez toute de même voir les Petronas Tower (entre autres).
Beaucoup les décrivent laides, moi je les ai trouvé magiques avec cette architecture digne d’un Marvel !

IMG_4970

 

08.11.2017 Bilan : il me reste encore plein de choses à visiter en Malaisie, mais de ce que j’ai pu voir, on est dans une parfaite cohabitation entre culture traditionnelle et contemporaine.
Encore un pays que je serai ravie de (re)découvrir un jour !

Il est maintenant temps pour moi de me rendre en Thaïlande, pays que j’avais visité et adoré il y a quelques années !
Mais parce que ce voyage est une aventure de chaque instant, je décide à la dernière minute de muscler l’expérience et de me rendre directement dans un camp de Muay Thaï !

3ème étape : Le Népal – Katmandou

26.10.2017 : Après quelques jours passés à Pokhara pour profiter de la ville et des quelques compagnons yogistes encore sur place, me voici à Katmandou !
Moi qui imaginais une ville tout aussi calme et paisible… j’étais au final assez loin de la réalité 🙂
Comme dans beaucoup de grandes villes asiatiques, la circulation est intense, le bruit des klaxons incessant et la pollution est tellement forte que le ciel en devient très souvent gris.

Ces quelques lignes ne sont pas très flatteuses et pourtant j’ai beaucoup aimé Katmandou.
Certes très différente de Pokhara et bien moins reposante, il faut s’y arrêter, ne serait-ce que 2-3 jours, afin de visiter des sites chargés d’Histoire et qui permettent de mieux comprendre la culture népalaise.


PASHUPATINATH

Ce endroit fut de loin mon préféré !
Déjà parce que le nom est trop mignon, ensuite et surtout parce que je rêvais d’approcher la culture hindouiste d’aussi près.

IMG_4484.jpg

Dédié au Dieu Shiva, Pashupatinath, est l’un des temples hindouistes les plus importants du Népal.
Situé le long du fleuve Bagmati, il sert de lieu de baignade et de jeu aux enfants, mais est surtout utilisé pour les crémations qui ont lieu chaque jour.

Sur place, impossible de manquer les moines sadhu (saint homme hindou), qui vivent ici de la prière, de la méditation et dédient leurs vies aux dieux dans le but ultime d’atteindre le Moksha (mieux connu sous le nom de Nirvana).

a

Sur la photo ci-dessous, on voit au loin, sur le ghât (ensemble de marches, le long des fleuves utilisées entre autres pour les crémations) le rituel du bain purificateur de deux défunts.
Comme le veut la tradition, ils seront ensuite brûlés sous le regard de leurs familles, mais également d’un large public composé de passants, moines et autres touristes.

Processed with VSCO with g3 preset
Je suis entrée dans un univers que je ne connaissais qu’à travers des livres et documentaires.
L’atmosphère qui règne en ce lieu est difficilement descriptible mais la forte spiritualité, la communion des fidèles autour de leurs croyances et la splendeur des temples m’ont incroyablement marqué.

IMG_4697

Capture d'eu0301cran 2017-11-04 19.20.38

 

BODNATH

Situé en plein cœur de Katmandou, Bodnath est l’un des stûpa les plus hauts du monde.

La visite se fait rapidement, mais on reste subjugué lorsque l’on aperçoit, au bout d’une étroite ruelle, ce gigantesque monument religieux.
Ici, vous croiserez de nombreux moines, notamment venus du Tibet,  en pèlerinage sur ce lieu sacré du XIVème siècle.

IMG_4490

Processed with VSCO with g3 preset

 

MONKEY TEMPLE

Le Temple de Swayambunath, ou plus simplement le Monkey Temple, est un des sites bouddhistes les plus anciens de Katmandou (VIème siècle).
Le site est également un important lieu de pèlerinage, où les fidèles doivent monter 365 marches avant d’accéder au stupa et à divers temples autour.
Comme vous vous en doutez, ce site est notamment connu pour ses singes, considérés comme sacrés, qui y vivent en toute liberté.

IMG_4825

Processed with VSCO with c1 preset

IMG_4824

 

PATAN

Ancienne ville royale et capitale des Arts, Patan regroupe au même endroit des temples et palais Népalais, Tibétains et Indiens.

IMG_4681

IMG_4359(1)

Encore aujourd’hui dans ces temples ont lieu de nombreuses fêtes, célébrations et rituels (ne vous étonnez pas de voir des traces de sang à certains endroits… ce sont les témoignages de récents sacrifices d’animaux !).
Ci-dessous par exemple, une porte de palais avec certes de magnifiques détails mais surtout un charmant cordon sur le devant… Il s’agit là d’intestins de buffalos, changés tous les 2 ans, afin d’apporter force et énergie !

Malheureusement certains temples sont actuellement en ruines suite au violent séisme de 2015.
Ce sinistre a profondément marqué le pays et Katmandou en particulier.
De nombreux monuments et habitations sont encore à l’état de ruines et le pays ne s’en remet que très doucement.

29.10.2017 : Bilan
Après 3 semaines passées au Népal, je peux dire que je suis tombée amoureuse de ce pays !
J’ai découvert et aimé sa culture, son histoire, ses croyances, ses habitants, ses paysages… J’y retournerai c’est certain !!

En attendant, il est temps pour moi de partir, direction la Birmanie.
Le trajet n’est pas direct, je fais escale à Kuala Lumpur et lorsque je pose mes pieds dans l’aéroport en attendant mon prochain vol… une envie soudaine de rester sur place et de découvrir la Malaisie me vient.
Alors je réfléchis, mais dois faire très vite, et me décide finalement à poser mes bagages (enfin mon gros sac) en Malaisie, où je me trouve toujours au moment d’écrire cet article.

 

 

 

3ème étape : le Népal – Pokhara

08.10.2017 : A peine arrivée à Katmandou, je pars à l’aube prendre un bus direction Pokhara, ville située à 200km de la capitale, mais qui en raison de l’état des routes nécessitera 11h de bus pour arriver à destination !
Cependant, je conseille ce mode de transport car même s’il est fatiguant, les paysages sont superbes et le prix du billet n’est que de 7$.

 

POKHARA

Processed with VSCO with c1 preset

Deuxième plus grande ville du Népal, Pokhara est bien plus agréable que Katmandou, avec son magnifique lac Riverside, ses petits cafés, restaurants et commerces.
Attention, vous risquez de vous laisser surprendre et de rester dans cette ville plus longtemps que prévu 🙂

J’ai eu la chance d’y être pendant la Fête de Tihar, également appelée Diwali, où l’on célèbre chaque jour une divinité.
C’est le moment pour les enfants et adultes de chanter et danser en pleine rue, et pour les chiens et vaches en liberté, d’arborer de magnifiques colliers de fleurs.

Processed with VSCO with c1 preset

 

Mais pas le temps de flâner, je file tout droit direction le centre Purna Yoga pour une première expérience de retraite de 10 jours.
Et quelle première !

 

RETRAITE YOGA

Processed with VSCO with c1 preset

L’endroit est sublime, niché en haut d’une montagne, il surplombe le lac.
Les cours sont de très bonne qualité et adaptés à tous niveaux, les profs et le staff sont à l’écoute et d’une incroyable gentillesse.
Le nombre de place étant limité, l’ambiance est vraiment chaleureuse entre tous.

Tout comme on parle de choc culturel, je parlerai ici de choc spirituel.
Non je ne me suis pas (encore) fait enlever par une secte, mais Oui cette expérience m’a changé et j’aspire à la faire évoluer encore et encore !

Le programme est complet :

6h00 : Levé par le son des bols tibétains
6h15 : Méditation
7h00 : Thé
7h15 : Lavage de nez (oui…)
8h00 : Yoga
9h30 : Petit-déjeuner
11h00 : Activité bien-être : bain de boue/de vapeur/de pieds (ici en photo)/inhalation, au choix
12h00 : Méditation au son des bols tibétains
12h30 : Déjeuner
14h00-16h00 : Temps libre
16h00 : Snack
16h30 : Chant !! Mon cours préféré <3
17h30 : Yoga
18h30 : Méditation
19h00 : Dîner

Nous voilà donc très encadrés, il ne reste plus qu’à se détendre, ce qui n’est pas simple au début car trop habituée à courir partout, même en voyage.
Mais on apprend vite, et ca marche !

Vous l’aurez compris, ici on devient de vrais petits yogis :

IMG_4047

On mange plus que bien…

IMG_4057

On se laisse chouchouter (bain de pieds)

Processed with VSCO with c1 preset

On prend le temps de méditer, même si pour être honnête au bout d’une minute mon esprit pensait à tout et n’importe quoi…

Processed with VSCO with g3 preset

Et on se laisse aller au son des chants

 

IMG_4266.JPG

Impossible enfin d’écrire sur Purna Yoga sans évoquer la French Team, notre groupe formé sur place et qui n’a rendue la retraite que meilleure !!!

A la fin de ces 10 jours, fini le repos et départ pour un trek en compagnie de Sylvie et Guillaume, rencontrés ici.

Enfin, voici une vidéo floue mais tellement mignonne, prise par ma québécoise préférée Ariane pendant Diwali :

 

TREK AUX ANNAPURNAS

20.10.2017 : Nous voilà donc partis Sylvie, Guillaume et moi, en compagnie de notre guide Durga pour 3 jours de trek.
Au départ nous souhaitions étendre le circuit, mais cela n’a pas été possible, et pour une première expérience c’était finalement parfait.

Processed with VSCO with c1 preset

Jour 1 : cette première journée fut pour moi la plus compliquée. J’anticipais de ne pas être à la hauteur et sous-estimais mes capacités physiques ainsi que ma volonté.
Mais avec notre équipe de choc, tout s’est parfaitement bien passé et vers 15h nous avons rejoint le point d’arrivé : Australian Camp !

thumb_P1000117_1024

A peine le temps de sélectionner notre guest house (à gauche ci-dessus) et de s’abriter manger un pancake (avec Sylvie et Guillaume, les récompenses post trek sont toujours un bonheur), qu’une pluie diluvienne se met à tomber, et durera jusque dans la nuit. Les trekkers qui arriveront dans la soirée devraient s’en souvenir encore longtemps…!

De notre côté, après un bon dîner, nous nous endormons en quelques minutes, épuisés de notre journée.
Nous avions juste omis un détail… nous étions en plein Diwali et une fois la pluie finie, un concert démarre, juste sous nos fenêtres ! 😀

Jour 2 : 5h30, Durga tape à notre porte pour que nous assistions au lever du soleil.
Grognons au départ, nos habitudes de français râleurs se stoppent immédiatement face au magnifique spectacle qui s’offre à nous.

 

Processed with VSCO with c1 preset

Après le petit-déjeuner, que nous prenons dehors face aux montagnes, je suis plus que d’attaque pour entamer ce qui doit être la journée la plus difficile : 7h à 8h de marche, essentiellement en montées !

Les paysages se suivent mais ne se ressemblent pas. Nous traversons des rizières, nous nous aventurons dans une campagne digne des Highlands d’Ecosse avec le brouillard qui va avec, puis nous enfonçons dans la jungle pour le reste du chemin.
Si beaucoup de routes de trek sont très empruntées et touristiques, la notre s’avère déserte et particulièrement authentique.
Nous voilà donc tous les 4 isolés en pleine montagne népalaise.

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with c1 preset

thumbnail_FullSizeRender

Nous arrivons finalement bien avant l’heure prévue dans un village qui n’accueillera ce soir là que 6 trekkers, nous inclus… et quelle chance !
Car nous prenons le temps de rencontrer et découvrir nos hôtes : 3 sœurs âgées d’une quarantaine d’années et dotées d’un caractère bien trempé !
Elles ont ouvert leur guest house depuis quelques années, et s’occupent de tout sur place.  L’endroit est vraiment super, plein de charme, et vraiment agréable (et ce, même avec des toilettes à la turque dehors, accessibles à la lampe frontale, et la douche dans ces mêmes toilettes, au seau d’eau) !

Nous resterons l’après-midi et la soirée en leur compagnie dans leur toute petite cuisine, à discuter, rire, observer la traite des buffalos, aider, regarder sagement les repas se préparer, et savourer notre dîner, toujours à leurs côtés, préférant cette ambiance à la salle habituellement réservée aux trekkers.

01

 

Jour 3 : nous nous levons tranquillement et prenons la route en début de matinée.

Processed with VSCO with c1 preset

Cette fois-ci, il s’agit de la dernière “épreuve”, avec beaucoup de descente.
A priori plus simple… sauf que lorsqu’il s’agit de roches trempées par l’humidité et sur lesquelles je glisse toutes les 2 min… Je me rends compte que je préfère largement les montées (jamais contente, oui) !

Et je vous épargne les 3 premières heures durant lesquelles les sangsues étaient de sortie, s’agrippant à nos chaussures (parfois 4 sur le même !) et qui réussissaient à nous piquer à travers les chaussettes !
Bon au final rien de bien méchant même si j’avoue avoir crié lorsque j’ai du en enlever une, qui était bien confortablement installée dans ma chaussure, à la main !

Passé ce moment Koh Lanta, la route fut aussi incroyable que les deux jours précédents : montagnes, rizières, jolis villages en altitude et traversée d’un pont suspendu !

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with f2 preset

Nous arrivons ensuite après 5-6 heures de marche au point final, où nous attend un taxi, direction Pokhara.

De retour en ville, on se choisit un confortable hôtel bien mérité et on retrouve une amie du yoga, revenue de trek ce même jour.
Et là… quel bonheur de profiter de ces derniers instants ensemble, de ne rien faire et de profiter de la terrasse qui donne sur le lac !!

Processed with VSCO with c1 preset

22.10.2017 : Bilan
Fini le trek, c’était incroyable, qu’il s’agisse du dépassement de soi, de la motivation au sein du groupe, de la rencontre avec les habitants, tout aura été intense et mémorable.
Je veux en refaire un vitevitevite !!

Je terminerai en parlant de notre guide Durga, qui travaille très dur pour payer l’école et l’université à ses 3 enfants adoptifs et qui, quand il ne travaille pas, gère une association de récolte des déchets sur les routes de montagne. Véritable passionné de la Nature, il a été au top, “Best Guide !” comme dirait Guillaume dans son anglais des grands jours 😀

 

2nde étape : Hanoï – Vietnam

01.10.2017 : Me voilà arrivée à Hanoï après 15 jours tout simplement parfaits au Japon… et quelle claque ce fut !

Mes premiers pas :
Arrivée en pleine nuit à l’aéroport, je me fais arnaquer par mon taxi qui me laisse à 3h du matin au cœur du vieux quartier avec pour seules indications quelques signes de la main me permettant de trouver le chemin de mon auberge…
Je finis donc par arriver tant bien que mal et me retrouve dans une chambre ne ressemblant absolument pas à ce qui était indiqué lors de la réservation. Trop fatiguée pour réclamer autre chose, je me pose en espérant que le lendemain se passera mieux.
Malheureusement, au petit-déjeuner les gérants daignent à peine dire bonjour à leurs hôtes, créant une atmosphère lourde et individualiste.
Bref, je pars  vite et trouve mieux.

Si je raconte cette anecdote, c’est parce qu’elle résume assez bien le ressenti que j’ai eu de cette ville en tant que voyageur solo.
J’y était pourtant allée en famille quelques années plus tôt et en avais gardé un souvenir bien différent, probablement aussi car j’étais jeune, entourée, et que je n’avais pas les mêmes attentes d’un voyage.

Qu’en penser ?
Cela reste bien évidemment mon point de vue et mon ressenti sur le moment, mais j’ai été frappée par l’absence de chaleur et ai trouvé qu’il était compliqué de s’y sentir à l’aise pour se poser, profiter et faire de nouvelles rencontres.
Si cela reste encore une fois mon observation personnelle, je me suis aperçue que de nombreux voyageurs avaient eu le même ressenti que moi. Rien de grave évidemment, mais c’est mieux d’être prévenu !

Malgré tout, Hanoï reste une ville captivante par son dynamisme et son authenticité et demeure une étape incontournable pour ceux qui désirent découvrir le Vietnam.

Sur cette étape qui a été courte, voici quels ont été mes coups de cœur :

Le Vieux Quartier : se balader dans les ruelles, découvrir les petits commerces et déguster les spécialités culinaires du pays, voilà un des meilleurs moyens de découvrir le Vietnam “authentique”.
Ici, vous mangerez en pleine rue, assis sur une petite table d’enfant et bénéficiant ainsi d’une place de choix pour s’imprégner de l’atmosphère de la ville !

Processed with VSCO with g3 preset

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with c1 preset

 

Le Quartier des Ambassades : légèrement excentré, ce quartier a un charme incroyable.
J’ai adoré m’y balader et observer les bâtisses vieillies par le temps, toutes plus envoutantes les unes que les autres.

IMG_3706

 

Le Lac Hoan Kiem : bien qu’il soit extrêmement fréquenté, le lac est assez grand pour trouver un endroit calme.
Chaque jour je m’y rendais pour une promenade le soir ou tout simplement pour une lecture paisible en journée.

Processed with VSCO with f2 preset

Processed with VSCO with b1 preset

 

La pagode Tran Quoc : cette jolie pagode se visite rapidement mais il serait dommage de ne pas aller la visiter une fois sur place.

Processed with VSCO with f2 preset

 

Enfin, je conseille de s’aventurer dans le quartier un peu plus moderne et de découvrir les jolies galeries d’art de la ville :

Processed with VSCO with c1 preset

Et bien sûr, petit conseil… essayer de ne pas se faire écraser par les motos et scooter 😀

Il y a évidement bien d’autres choses  faire à Hanoï même, sans parler des excursions hors de la ville telles que la Baie d’Halong, Ninh Binh etc.

Ayant déjà visité le pays et ne m’y sentant cette fois-ci pas à mon aise, j’ai décidé d’en profiter au maximum quelques jours, le temps de décider de ma future destination.

08.10.2017 : Bilan du Vietnam
Même si cette étape fut plus rude, cela a été l’occasion de découvrir mes réelles envies et de profiter de la liberté inconditionnelle que je me suis offerte de changer de destination quand bon me semble.
Voilà comment je me suis retrouvée à Katmandou quelques jours plus tard pour des expériences, cette fois-ci, fabuleuses.

1ère étape : LE JAPON

17.09.2017 : me voilà arrivée au pays du soleil levant, avec de l’appréhension (un peu) et de l’excitation (beaucoup).

Mais parlons peu, parlons bien :

Pourquoi le Japon ?

Au départ, le Japon ne faisait pas parti des étapes incontournables de mon Voyage.
Ce qui m’a décidé : en septembre, la météo est encore favorable, mais ensuite, on entre dans l’hiver. C’était donc maintenant ou jamais… et ca a été “maintenant”.
Le Japon est aussi un excellent compromis pour commencer un projet de tour du monde ou du moins, de tour d’Asie.
On y retrouve toutes les commodités et facilités dont nous sommes habitués en France tout en s’assurant un dépaysement et une véritable claque à tous niveaux (culture, food, paysages).

Les +

Les japonais : et oui, l’humain reste le plus important dans un voyage !
J’avoue tout, j’avais des préjugés sur les japonais… pas bien me direz-vous, mais bon, on ne se refait pas ! 🙂

Moi qui adore les pays latins où l’exubérance, l’amusant bordel et la chaleur humaine sont de mises, allais-je aimer ce que je voyais comme un pays uniquement fait de règles et de rigueur ?

Alors Oui, ils sont très regardants sur les règles de savoir vivre, Oui, les traditions sont à respecter et Oui il faut savoir se montrer discret en toutes circonstances…
Mais au final, peut-on se plaindre de se balader dans des rues impeccables, sans aucun déchet ? De se retrouver dans des métros propres et toujours à l’heure ? De n’avoir personne qui nous bouscule dans la rue à tout va ?
Non, on ne peut pas, pire on s’y habitue et on adore !

Et surtout, surtout, surtout, les japonais sont adorables, souriants, curieux, ouverts, toujours prêts à aider.
Plusieurs fois des japonais, me voyant perdue avec mon plan entièrement déplié, sont venus me voir dans la rue ou le métro pour m’aider.
Il est aussi facile de faire connaissance avec les japonais, notamment dans les bars qu’ils fréquentent beaucoup en afterwork (je conseille les bars d’auberge de jeunesse) et même dans mon cas, de superbes rencontres au restaurant ou dans le train.

 

 

 

La nourriture : le Japon regorge de restaurants, c’est bien simple il y en a dans toutes les rues, et cela sans compter les vendeurs ambulants !
Et pour une fan de nourriture asiatique comme moi, c’est un pur bonheur ! Tout est bon, sain et très peu cher (comptez 5€ en moyenne pour un plat complet et copieux).
Yakitori, Udon, Soba, Okonomiyaki, Sushis, Tempuras, Takoyaki… il y a largement de quoi se faire plaisir !

Ci-dessous, vidéo de ma “cantine” à Kyoto, spécialisée dans les Udon.

 

Soba.JPG

 

Les paysages et monuments : beaux, beaux, beaux. Et beaux ! J’y reviendrai dans de prochains post, plus détaillés sur les choses à voir.

L’environnement : le Japon est un pays extrêmement sûr, vous pouvez vous balader seul(e) à toute heure du jour et de la nuit, sans soucis.

Les –

Le budget : le Japon est cher, notamment pour le logement et les transport, il faut bien prendre en compte cet aspect, surtout lors d’un voyage qui s’effectue sur le long terme. La nourriture en revanche est à prix très raisonnable.

L’anglais : il peut s’avérer frustrant de ne pas pouvoir entrer dans un restaurant car le menu n’est pas traduit et qu’il n’y a pas d’images ou de photos illustrant les plats, idem lorsqu’on souhaite une information en gare ou autre.
Cependant, les japonais essayeront toujours de trouver un moyen pour vous aider, le bémol reste donc léger.

 

TOKYO

En arrivant à Tokyo, c’est d’abord l’aspect contemporain voire futuriste qui impressionne. Il faut se balader un petit peu avant de trouver les temples et les charmants jardins japonais.

Voici un petit focus sur mes coups de cœur à Tokyo :

Asakusa : ce quartier extrêmement animé est composé d’allées où se côtoient petits marchands de souvenirs, d’artisanat traditionnel et autres vendeurs de yakitori, mochi, dorayaki et autres spécialités culinaires ! Au bout se trouve le magnifique temple de Senso-ji, qui impressionne par sa taille et le nombre de visiteurs qui s’y pressent.

Processed with VSCO with c1 preset

 

Le Marché de Tsukiji : plus grand marché aux poissons du monde, l’ambiance y est INCROYABLE ! Et pourtant, je n’ai pas fait les enchères au thon, véritable institution du lieu, qui commencent à 5h du matin et pour lesquelles il faut faire la queue dès 3h pour obtenir des billets.
Ici, l’atmosphère est unique, les produits encore plus et c’est une véritable claque que l’on prend en intégrant le temps d’une matinée cet univers.
Je vous conseille d’aller déguster les sushis des restaurants situés dans le marché, qui sont de loin les meilleurs jamais mangés !

Tsujiki.jpg

 

 

Akihabara : ce quartier est réputé pour ces Game Center sur plusieurs étages. Ici une ambiance que vous ne verrez nul part ailleurs, des buildings consacrés aux mangas, aux jeux vidéos, aux cartes de manga etc etc.
Des néons partout, des jeunes déguisés en leurs héros préférés, des couleurs flashy dans tous les sens pas de doute Shibuya saura vous faire découvrir la culture Kawai !

A ne pas manquer également le quartier de Shibuya, probablement l’un des plus célèbres de Tokyo, avec son passage piétons le plus grand du monde :

 

 

Autour de Tokyo : Nikko : cette petite ville au pieds des montagnes est située à 1h de Tokyo.
Une fois le pont de Shinkyô passé, de magnifiques temples sont à découvrir, cachés dans les bois, appartenant chacun à une époque et donc à un style différent.
Cette journée hors de Tokyo est un excellent moyen de se ressourcer et de découvrir un aspect plus Nature du Japon.

Nikko.JPG

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with g3 preset

 

KYOTO

Par où commencer… Kyoto est une ville juste incroyable. On m’en avait dit beaucoup de bien mais je ne savais pas que j’allais en tomber amoureuse <3

Se balader le long de la rivière Kamo-Gawa, tester les différents restaurants, oser s’aventurer dans les avenues grouillantes de monde et y faire son shopping, goûter à la fameuse glace au thé matcha, monter jusqu’au temple Kiyomizu-dera ou bien se perdre dans les rues du traditionnel quartier de Gion, voilà tout autant de choses que vous pourrez faire à Kyoto !!

Voici donc un aperçu imagé de mes coups de cœur :

La forêt de Bambou d’Arashiyama :

Bamboo Forest.JPG

Le Temple de Kinkaku-Ji  :

Kinkaku-ji.JPG

Les balades dans la ville, avec les devantures de restaurants et magasins, toutes plus jolies les unes que les autres :

Kyoto resto.JPG

Autour de Kyoto se trouve la célèbre ville de Nara, habitée par des milliers d’adorables daims qui se promenent en toute liberté et créent l’attraction auprès des touristes.
A ne pas rater une fois sur place, le temple de Todai-ji, qui surprend par son immensité et dans lequel se trouve un monumentale Buddha en bronze.

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with c1 preset

Kobe : pour les amateurs de gastronomie, c’est un sacrilège d’être aussi près de cette ville et de ne pas aller déguster le fameux bœuf, dont je confirme que le goût est à la hauteur de sa réputation.
A voir également dans cette ville, les cascades de Nunobiki (ne faites pas la même erreur que nous de se perdre à travers la forêt, vos jambes s’en souviendront le lendemain ! :D)
Également, les jardins de Nunobiki, accessibles en téléphérique…épreuve fort douloureuse pour moi qui avait oublié que j’avais le vertige, mais soyons honnête la vue vaut le coup (lorsqu’on ne ferme pas les yeux) !

Processed with VSCO with c1 preset

kobebeef.JPG

Osaka

Je n’ai exploré Osaka que très rapidement, mais je conseillerai évidement le quartier de Dotonburi, véritable antre du shopping aux allures futuristes :

Processed with VSCO with c1 preset

Ainsi que les jardins du Château d’Osaka :

Processed with VSCO with g3 preset

 

01.10.2017 : Bilan du Japon
Je garde un souvenir mémorable de ce pays, avec avant tout des rencontres incroyables, des paysages à couper le souffle, une architecture passant du traditionnel au futuriste en l’espace de quelques pas, et une nourriture aussi bonne qu’espéré.
Bref, je veux y retourner !!!!

Mais avant ca, on continue l’aventure direction le nord du Vietnam pour une quinzaine de jours 🙂